Actualités

Contrefaçon

post-ads

Le Comité national de lutte saisit 1800 pièces de pagnes contrefaits

Selon le colonel Bahin Lejeune, la valeur marchande des pièces de pagnes est estimée à 24 millions de Fcfa.

Le colonel Bahin Lejeune, coordonnateur de la cellule de prévention et de l’investigation du Comité national de lutte contre la contrefaçon (Cnlc), a annoncé, ce mardi 31 mai, au siège de la structure, à Abidjan-Cocody, la saisie de 1800 pièces de pagnes contrefaits portant la marque de l’entreprise de textile Uniwax. Ce coup de filet s’est fait dans deux différents magasins de pagne au Plateau et aux Deux Plateaux (Cocody), le 25 mai.

C’est suite à un courrier de l'entreprise de textile, avec à l’appui des certificats des marques enregistrées à l’Organisation africaine de la propreté intellectuelle (Oapi),  adressé au Cnlc faisant état d'une grande quantité de pagnes contrefaits mis sur le  marché que le Comité national de lutte contre la contrefaçon, organe de l’État, créé par la loi 2013-866 du 23 décembre, a saisi la marchandise, conformément en son article 7.

« Lorsque vous enregistrez des marques et dessins à l'Oapi, l’enregistrement vous confère des droits. Lorsqu’un individu utilise ces marques sans votre autorisation, c’est une atteinte à vos droits.  La loi dit que lorsque vous êtes détenteur d’un droit, vous pouvez faire une saisine au  Comité national de lutte qui, en son article 7 relatif à la loi sur la contrefaçon, précise les conditions de la saisine… Pour ces pièces de pagnes frauduleux, la loi stipule que nous devons faire une saisie conservatoire et Uniwax dispose de 10 jours pour pouvoir ester en justice et c’est le tribunal seul qui peut prononcer  la saisie de la contrefaçon », précise-t-il.

« Il faudrait que les gens sachent que la récréation est terminée. Qu’ils comprennent qu’il n’y a pas de zone de non droit où nous ne pourrons pas aller. Si d’autres zones n’ont pas encore été touchées, c’est parce que l'intervention que nous menons se prépare », a menacé le coordonnateur du Cnlc. Qui a par ailleurs signalé la saisie, il y a deux semaines, de 10 000 Compacts disques (Cd) et le matériel de duplication desdits Cd à Abobo avec le concours du commissaire Diarrassouba Idriss (membre du Cnlc chargé de la prévention)  de même qu’une importante quantité de médicaments dans la zone de Daloa dans le mois d'avril.

Selon le colonel Bahin Lejeune, la valeur marchande des pièces de pagnes  est estimée à 24 millions de Fcfa. Et ces pratiques de contrefaçon sont, dit-il, à la base de la fermeture de plusieurs entreprises de textile en Côte d’Ivoire. Toute chose qui lui a fait dire que la contrefaçon est un mal qui nuit à  l’économie nationale, à la santé des populations voire la sécurité. Car, « il a été démontré qu’une grande partie des revenus de la contrefaçon sert à financer le terrorisme », martèle-t-il.

C'est pourquoi, il a mis en garde ceux qui prospèrent encore dans ces actes de fraude que la lutte va continuer et va même s’intensifier. Ce, afin de protéger l’environnement des affaires.