Actualités

Lutte contre la contrefaçon

post-ads

04 individus mis aux arrêts, du matériel informatique saisi

Le Coordinateur principal du Comité national de lutte contre la contrefaçon (Cnlc), le Colonel des douanes, Bahin Lejeune a annoncé, ce mercredi 05 octobre 2016, que la cellule de prévention et d’investigation du Cnlc a saisi un important lot d’œuvres musicales piratées.

Selon le Colonel Bahin, l’opération s’est déroulée à Abobo-Belleville, un sous quartier de la commune d’Abobo où dans une cour commune ses hommes ont interpellé quatre individus en flagrant délit qu’ils ont mis à la disposition de la gendarmerie d’Abobo. Au nom des sociétaires, a-t-il dit, le Bureau ivoirien du droit d’auteur (Burida) a porté plainte contre les individus interpellés qui encours 2 à 3 ans d’emprisonnement et d’une amende de 100 000 Fcfa à 5 millions de Fcfa.

La cellule de prévention et d’investigation du Cnlc a saisi plus de 2200 Compact disk (Cd) sur lesquels sont gravés des œuvre d’artistes étrangers et Ivoiriens. Sur ces supports, on avait aussi bien des copies des œuvres audio que cinématographiques.

Également, la cellule a mis la main sur 151 graveurs et un important lot de matériel informatique, a précisé le Colonel Bahin. « C’est ainsi qu’il tue l’activité artistique et culturelle en Côte d’Ivoire », a-t-il souligné. Cette pratique, selon l’officier supérieur des douanes fait perdre des ressources à l’Etat. Poursuivant, il a souligné que ces services n’ont pas la prétention « d’endiguer totalement » ce phénomène.

C’est d’ailleurs pourquoi, il a demandé aux populations d’avoir un comportement citoyen en refusant d’acheter ces produits sur le marché. Aussi a-t-il demandé aux producteurs et aux distributeurs des œuvres phonographiques et cinématographiques de s’organiser pour rendre accessible leurs produits aux consommateurs.

Revenant sur la saisie effectuée, le commissaire Diarrassouba Idrissa, membre du Cnlc, a soutenu qu’elle est importante parce qu’il s’agit du démantèlement du réseau d’un grossiste.

Dans sa stratégie pour réduire de façon considérable la contrefaçon, le Cnlc estime que les traques dans les rues ne sont pas efficaces. « Il faut couper les sources d’approvisionnement des petits revendeurs. Et demander aux populations de boycotter ses produits (…) Les maires peuvent prendre des arrêtés pour interdire les ventes de ces produits », a préconisé le Colonel Bahin.